Je n'ai jamais été fan de Johnny. Mais alors pas du tout, du tout. Ensuite l'époque " yéyé " me semble tellement loin que j'ai l'impression de ne l'avoir pas vécue. Est-ce la faute de mon oncle ( neuf ans de plus que moi ) qui n'écoutait que du rock venu tout droit des USA ? Possible...

Ensuite, vers mes 13 ans, j'ai viré Stones tout net. Et Dylan. Et puis aussi Chopin. Par Rubinstein exclusivement. Et aussi par ma grand-mère.

D'ailleurs, Mari est Beatles, ce qui, depuis 50 ans, nous réserve encore quelques passes d'armes meurtrières !

Personne ne parle plus de ce pauvre d'Ormesson, autrement intéressant qu'icelui cité plus haut, mais bon...

Je comprends qu'on puisse aimer Johnny, mais aller pleurer devant chez lui... Quand même ! Les gens n'ont pas de vie ? 

Et la récupération politique de Madame la Dame du président qui va pleurer sur la dépouille encore un peu tiède de l'idole avec " Latatia " ? Le faire bon. Mais le dire ?

Je trouve tout cela terriblement impudique. Cet étalage médiatique me choque. Il paraît même que le journal télévisé du jour n'a parlé que de ça et de rien d'autre !

Mari m'a dit qu'à la télé régionale il a entendu un fan, grand philosophe devant l'éternel, déclarer sans rire :

- Ma préférée, c'est " Envie d'avoir envie ". Parce qu'il y a les textes ! L'envie d'avoir envie...ça va loin ça !

Pauvre Jean...

Ps : On ne tape pas sur la tête !