Je suis née en 1951.

Je me souviens d'horribles récits entendus quand j'étais petite. Des histoires horribles de fonds de cour, de toile cirée sur une table de cuisine, de sondes, de curetages à vif, d'hémorragies, d'infections, de douleurs ajoutées à la souffrance morale, d'insultes violentes proférées par des sage-femmes ou par les médecins, de stérilité...

Des histoires d'aiguilles à tricoter, de chute volontaire dans les escaliers, d'équitation intensive, de coups donnés dans le ventre...

Ces histoires abominables m'ont fait militer activement pour l'avortement alors que l'idée même de faire une fausse couche naturelle me terrifiait.

Je n'ai, par bonheur, jamais perdu d'enfant pendant une grossesse ni jamais eu à avorter.

Je me suis battue pour qu'aucune femme n'ait à passer entre les mains d'une " faiseuse d'anges " pour une pause de sonde ni qu'elle subisse la cruauté du corps médical bien pensant et les foudres de la justice.

Et puis Simone Veil a osé.

zzzzzzzzzzzy

Merci Madame