Sauve qui Veut

24 juin 2017

Je suis une mère et une grand-mère indigne !

Il y a longtemps qu'une greluche aigrie n'était pas venue m'emmerder. C'est fait ! 

Outrée du fait que j'ai osé mettre la vraie photo de mon superbe petit fils sur mon blog et offusquée par ma note - pourtant approuvée par l'accusé lui-même - j'ai donc fait diligence pour remettre en ordre cette note immonde et remplacer la photo du rejeton de ma fille par des fleurs...

Je déteste le mimosa. Oui. Ça pue, ça fout des grains jaunes partout, et surtout, surtout, j'y suis allergique. Et puis ma mère en avait un dans son jardin, c'est dire si je suis définitivement traumatisée !

J'ai choisi des coquelicots.

Nous connaît elle pour nous juger ? Sait elle notre humour ? Notre sens de l'auto dérision ? 

Que sait elle de notre complicité ? De l'amour et du soutien familial sans faille qui nous unit ?

Sait elle de quoi il s'agit seulement ?

Sait elle la beauté et l'intelligence de mes enfants et de mes petits enfants ?

Sait elle comment nous fonctionnons ?

Puisqu'elle se permet de nous juger :

Je crois que cette dame a du avoir des problèmes relationnels avec sa propre maman dans son enfance... Ou alors elle en a avec ses enfants et par compensation se moule dans ce que j'appelle le " syndrome de la mère parfaite "... Ou encore n'a t- elle pas bien résolu son complexe d'oedipe et pour elle l'homme est un être sacré dont on ne doit, sous aucun prétexte, écorner l'image... Pire elle est adhérente à " Sens commun "...

Il est possible également qu'elle soit psycho rigide...

Ou disciple fervente de Dolto...

Ou Mère la Vertu...

Ou trés malheureuse

Ou sotte tout simplement...

Une chose, une seule chose est sûre à son sujet : je la conchie !

Ps : j'ai mis les commentaires en modération quelques temps.

 

 

Posté par Sylvie d L à 01:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 juin 2017

10 choses que vous ne savez pas sur moi...

Bah oui, je n'ai pas tout dit !

1 - J'ai joué de la guitare électrique longtemps. Electro accoustique aussi. Et sèche, folk, bien sûr. Du piano aussi.

2 - J'ai participé, en 1987, au Festival international de théâtre d'Essen.

3 - J'ai fumé mon seul et unique joint à 44 ans. J'en ris encore !

4 - J'ai eu jusqu'à 22 chats.

5 - Si j'en avais eu les moyens financiers, j'aurais eu au moins cinq enfants de plus. 

6 - Je rêve de pouvoir m'acheter un jour un château médiéval et y vivre à l'année. Je rêve...

7 - J'ai la nostalgie des steppes mongoles et j'ignore pourquoi...

8 - Mon fils m'appelle " mon colonel ". Mari le pense mais ne le dit pas. Il est un peu couard sur ce coup là. Ou prudent.

9 - Quand j'étais enfant mes grand-mères m'avaient surnommée " Sourire d'avril " parce que je ne souriais jamais. Mon grand oncle   " Poison ".

10 - Sur son lit de mort j'ai dit à ma mère que je lui pardonnais tout. J'ai menti éhontément. Je ne veux même pas être enterrée avec elle.

Posté par Sylvie d L à 23:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Je suis une mélancolique joyeuse...

J'ai une enfance à la fois triste en raison de l'absence de mes parents et terriblement libre et joyeuse avec ma grand-mère et mon arrière grand-mère. En fait, il me manquait un truc mais je ne savais pas quoi ayant toujours vécu ainsi...

Je pense à cela parce qu'il fait chaud et que je vais " mourirer " et même me liquéfier et disparaître si la pluie ne vient pas. J'ai prié le Grand Manitou de toutes les pluies mais Walou...

J'ai grandi à la montagne, et quand au mois d'août le soir tombait, il fallait mettre une petite laine. Là, à 38 ° dans la maison avec le ventilateur sur 3, ben je me dissous.

J'ai passé mes plus belles années dans cette maison. Derrière, en contrebas il y avait un parc avec deux autres maisons 

21 

Et en été on voyait ça :

Capture11111114

Forcément, les neiges éternelles rafraîchissaient l'atmosphère !

L'hiver, comme tous les magasins étaient fermés et les curistes repartis, notre côté d'allées était vide.

Comme on ne passait pas le chasse neige pour deux ou trois familles, je partais à l'école comme dans cette carte :

Capturebghy

Je vais aller m'installer en Sibérie...

 

Posté par Sylvie d L à 17:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 juin 2017

Mr Y.

Mr Y, 22 ans, est l'aîné de mes petits enfants. Fréquente depuis quatre ans une jeune fille très amoureuse et donc trés souple de caractère. Vraiment très souple parce que Mr Y est un gros brin macho.

Il a déjà un métier, une voiture, une femme, et une maison qui lui appartiennent.  Copine aussi travaille et a une voiture parce qu'il n'est pas question qu'il l'entretienne. Partant du principe que tout ce qui est à lui est à lui et tout ce qui est à elle est à lui, c'est lui qui gère  tout. Même les achats de Tampax. J'exagère à peine et je le jure...

C'est aussi un grand sportif opéré deux fois des ligaments croisés. Là, il est encore en rééducation.

Il est de gauche, vote en conséquence...mais on ne sait pas quel miracle. Il est capitaliste de gauche quoi. Mais pas macroniste, ça non ! Sinon il risquerai les foudres de son père. Et les foudres politiques de son père...

Copine est plutôt de droite parce que ses parents sont blindés. C'est de famille.

à suivre...

C'est Mr Y...

Pour comprendre la photo voir plus haut...

Dans le note " Je suis une mère et une mamie indigne ! "

coquelicot-160214

 

 

Posté par Sylvie d L à 17:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2017

Melle M.

Melle M. a 13 ans. C'est la grande soeur de Melle J. dont la photo se trouve plus bas dans le blog. Elle est en quatrième et rentre en troisième à la rentrée prochaine. 17/20 de moyenne chaque trimestre ( et les félicitations ) depuis la sixième et une fois, dramatique pour elle, à 16.8.

Melle M est un paradoxe ambulant permanent. En tout.

Elle vit une semaine avec sa follingue de mère ( ma fille, 38 ans ) rescapée intellectuelle reconvertie en " institut de beauté " et une semaine avec son père ( mon ex gendre, 48 ans ) inspecteur aux impôts.

Ceci, peut-être, explique cela...

Melle M.

17309727_10212382891638470_8612308501427909368_n

et sa mère, en février dernier...

26

La suite une autre fois...

 

 

Posté par Sylvie d L à 17:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 juin 2017

Elle s'appelait Léa...

Léa Aline Elodie Chaves. Fille de Léopold Daniel Chaves et de Esther Claire Pollonais. Née à Paris le 3 mars 1867 et décédée en 1957.

C'était la soeur de mon arrière grand-père, né lui à Bordeaux. Ce n'était pas elle que je cherchais précisément mais plutôt les Francia les Fonseca voire les Salzado.

Mais quelque chose a attiré mon attention sur l'acte des archives... Il était écrit que Léa Aline Chaves était dite ' Elda Carnies ". Elda Carnies artiste dramatique...

Mais comment cette jeune femme avait pu se fourvoyer dans le théâtre, elle qui n'était entourée que de banquiers, de négociants, d'agents de change et de femmes au foyer attendant le moment solennel de l'allumage des bougies de shabbath ?

Comment ses parents ont ils pris la fibre bohême de leur fille ?

Elle n'a pas été bannie de sa communauté puisque son frère ( mon arrière grand-père ) était à ses deux mariages... Mariage avec un certain Bergeret pour le premier et un Soreph pour le second. Elle s'est donc marié avec un catholique à son premier mariage qui n'a duré que deux ans puisqu'il est mort à 26 ans le pauvre garçon.

A ses secondes épousailles Léa est rentrée dans le rang puisqu'elle a épousé un juif de Bordeaux...sans doute au grand soulagement de sa famille.

Elda Carnies ! Elle m'en bouche un coin la grand-tante...

Je n'ai pas de photos de Léa mais j'en ai une de mon arrière grand-père...

Posté par Sylvie d L à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2017

Un petit regret qui dure...

J'avais 12 ans et il devait en avoir 13. Il vivait dans la vieille ville de la station thermale dans laquelle nous avons grandi. La vieille ville était le quartier des pauvres, des ouvriers et des petits employés saisonniers. Des femmes, surtout. C'était aussi le quartier des réfugiés espagnols de la Retirada en 36 sous Franco.

22

Moi, j'étais du bon côté de la ville. Sur les Allées. Et mes grands-parents étaient des notables.Tout aurait pu nous séparer mais comme il n'y avait aucun interdit chez moi, ni de classe ni d'autres choses, nous discutions quelquefois. Et nous étions d'accord. Parce que même jeune, même encore presque enfant, on peut discuter politique.

Il était roux comme un soleil couchant et ses yeux bleus pétillaient quand il s'enthousiasmait.... J'étais d'un roux plus sombre et je n'étais pas toujours aussi enthousiaste que lui. Il idolâtrait Staline, moi pas. Mais pour le reste tout roulait. Marx était notre référence.

Et puis un jour, il a osé. Il m'a demandé de venir aux jeunesses communistes.

Et c'est moi qui ai manqué d'audace. Je n'ai pas osé affronter la ville, changer de caste, l'annoncer à mes grand-mères... Et je ne parle pas de mon père qui était Gaulliste convaincu !

Je lui ai dit non. Il a compris mais on ne s'est plus parlé.

J'ai gardé, de cette petite lâcheté un petit regret qui me pince le coeur chaque fois que j'y pense...

Posté par Sylvie d L à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2017

Melle J.

10

La réprobation suppliante...

 

.

Posté par Sylvie d L à 04:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2017

Les masques du fascisme...

Mon fils a été pris de stupeur, hier soir, quand je lui ai dit que je ne me déplacerai pas pour voter.

Voter FN est une idée qui ne m'effleure même pas, bien sûr. Pour tout ce qu'on en voit, et surtout pour ce que ce parti cache habilement derrière la défense des " pauvres gens ". Hitler a fait la même campagne en 33 et ça a très bien fonctionné. Hitler avait Goebbels Marine a Jalk... Bis repetita. Dont acte.

Voter Macron est tolérer et plébisciter une autre forme de facisme. Un fascisme masqué mais tout aussi violent et destructeur. L'ultra libéralisme n'a jamais été, que je sache, un recours possible pour le peuple... Si la finance avait un intérêt quelconque pour les ouvriers autre que la productivité, depuis l'industrialisation nous le saurions !

"Le fascisme, c’est le mépris. Inversement, toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme."
Albert Camus - 1913-1960 - L'Homme Révolté - 1951

"La dernière ressource de la bourgeoisie est le fascisme, qui remplace les critères historiques et sociaux par des normes biologiques et zoologiques de façon à se libérer de toute restriction dans la lutte pour la propriété capitaliste."
Léon Trotski - 1879-1940 - Leur morale et la nôtre, page 122.

Je ne peux voter ni l'un ni pour l'autre et j'assume de ne pas vouloir être, quelle que soit la couleur de l'idéologie, l'instrument de l'asservissement programmé de mes descendants. Juste une histoire de conscience.

Posté par Sylvie d L à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2017

Libéréeeeeeee...délivréeeeeeee !!!

 

9

 

 

Depuis six mois nous avons pris des décisions. J'adore prendre des décisions drastiques. Ca me donne une énergie incroyable.

L'une d'elle est de déménager. Oui. Encore ! Ce sera la 27 ième fois. Soyons sérieux, ce coup ci j'ai tenu presque six ans où nous sommes. Mon maximum.

Nous avons gardé beaucoup d'enfants depuis 10 ans...nous sommes restés là pour ça... Nous voulons bien nous en occuper mais plus 15 heures par jour 7 jours sur 7. Parce qu'à 66 ans, des enfants de 5h 1/2 du matin à 10 h le soir... c'est " juste plus possible ".

De surcroît, il y a eu rébellion des autres enfants qui trouvent que cette situation nous coupe des leurs parce qu'ils n'osent plus nous déranger tant nous sommes épuisés.

Fille dernière, qui est le comandant de gendarmerie de sa fratrie, a mis bon ordre à tout ça et c'est tant mieux. Nous, nous n'osions pas...

L'idée d'aller folâtrer ailleurs me ravit. Chercher une maison, découvrir un jardin, imaginer les meubles à leur place, la couleur des murs ( blancs toujours ) m'excite au plus haut point. Dans trois ans l'endroit me lassera, je le sais, et je penserai encore à partir.

On ne refait pas...

 

 

 

Posté par Sylvie d L à 01:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]